5.10.06

Y a quelqu'un ?



Oui. C'est sûr. Quand même. Tu sais pas à qui je parle. Quand on t'écoute au lieu de réfléchir. Quand ce que tu dis prends le poids du plomb et sans recul des chemins ensanglantés de la soumission ou de l'affutage haineux qui ne peut que suivre, je me dis qu'il est peut-être là, ce moment de prendre un peu de ce temps que j'ai devant moi, sLv.

Chaque homme fait partie de l'humanité. Comment oses-tu t'en démembrer d'un seul ? Estimer négligeables des populations entières, sans broncher.
Quand tu as peur, tu tranches, tu évacues, tu fais des frontières, des lois, surtout si tu es payé pour ça, si tu crois y gagner. Comme cette fois là, où exalté de liberté, d'égalité, de fraternité,
tu décidas d'exclure les enfants de ton regard.

Apprendre à aimer tout ce que l'on fait. Tout ce que l'on voit.
Donner sans vouloir prendre, ce n'est pas forcément tout abandonner de ce que tu as gagné pour ton présent ou ton futur dont tu ne sais rien et auquel tu ne fais plus confiance.
C'est un état d'esprit qui se retrouve partout quand il existe.
Et ton monde est plus beau.
Il change doucement.
Que crois-tu donc perdre? Qui parle d'argent ? Qui parle de tes Idoles, inscrites en feux ravageurs sur ton veau d'or ?
Tes mesures en tout ou rien, bien ou mal, un ou deux, tchac, tchac. Tchac. Pas tchac ? Tchac ka ta ka ta ka ta ka ta ka ta kata
Je ne suis pas aveugle.

Je n'ai d'énigme que la tienne. Je n'ai de mystère que le tien.
Pourquoi regarder mes poussières ? Vois les tiennes.
Leurs sources.
Je t'ai montré les miennes jusqu'à la mienne.
~Livre, jamais fini, personne ne sait quand il commença.
A Pech-Merle? J'en doute avec raison.
J'ai fait mille paillettes de mon ignorance. Du mieux que j'ai pu.
L'Amour fait passer toutes les barrières.
Qui m'a su ? Qui m'a aimé sans voile, sans attente de retour ?
Vos peurs de l'inconnu et de vous-même me laissent repartir d'ici comme je suis venu : un inconnu.

Estampillé de ton sceau,
Si ça te fait plaisir,
Matamore !

Expo blog: Small Paths 1 "Cursup"
http://smallpaths1.blogspot.com

5 commentaires:

Soleildebrousse a dit…

Je cherche quelque chose ...dans les tiroirs des textes.
Je cherche juste pour toi les derniers mots de ce texte.
"Hier, je me suis approchée de la fenêtre et j’ai appelé. Il n’y avait rien. Aucune voix, aucune main, aucun signe. J’ai su que chaque jour serait encore le même. Sans aucune possibilité de savoir qui avait la clé de ce mystère-là.

Jeudi 12 juin 08"
je voulais mettre un lien entre ce texte et le mien.

Je te recopie juste le lien. Je ne sais pas faire avec blogger.
http://www.soleildebrousse.com/article-20406598.html

Derviche typo matamore II a dit…

J'ai bien cette histoire du banc japonais, celui qui tourne le dos au paysage. Quand tu mets deux voiles suffisamment fins, un moirage se forme. Je n'aime décidément pas trop ces histoire de clés, où comme par miracle, une porte s'ouvrirait, brutale, ou doucement, en pas de voyeur non autorisé. Parce qu'au subtil de soi se trouvent bien des réponses qui donnent à voir le monde. Et j'en caresse tes lignes, échappé du cliché de tes anches.

soleil et tutti frutti a dit…

en fait, je crois que j'aime pas le silence.
Et pourtant. je m'y astreins. Très bonne hygiène pour faire le tri.

Derviche typo matamore II a dit…

Moi non plus. Je crois que beaucoup de monde en a besoin.

Derviche typo matamore II a dit…

Et moi aussi

Qui je suis ?

Ma photo
D'où je viens..... D'où je tiens :))) http://wizzz.telerama.fr/pixels Si vous imprimez d'ici, merci de penser aux sdfs, ces hommes au ciel pour tout toit. On va dire que c'est pour eux que je fais tout ça :))) En rang par trois je vous prie, bien gentillement. J'veux voir qu'une tête :))) Pas là, pas là, là